En mars dernier, le gouvernement wallon a retenu Dinant parmi les communes pilotes du projet Wallonie Cyclable. Grâce à cela, 300.000€ sont octroyés pour élaborer une véritable stratégie de développement de l’usage du vélo au quotidien, à travers un réseau structurant qui relie différents pôles d’attractivité (gare, commerces, zoning, administration, hôpital, écoles, etc.). "La Croisette amène de bonnes choses mais on devrait pouvoir la raccrocher à des parcours cyclistes plus sécurisés. La Vallée de la Meuse n’est par ailleurs pas toujours la plus sécurisée pour les cyclistes. C’est pour cela que nous poussons pour la réalisation d’un RAVeL vers la frontière française", explique Axel Tixhon. Ce lundi lors du conseil communal, la composition du comité de suivi sera soumise aux votes. "Il y aura aussi une réflexion citoyenne pour améliorer les infrastructures." Dans les prochaines semaines, la Ville devra présenter au SPW Mobilité & Infrastructures des dossiers d’aménagements concrets à réaliser.

Divers aménagement avaient déjà été réalisés avant la sélection de Dinant comme commune pilote pour œuvrer à une mobilité plus adaptée aux cyclos et piétons. « La Ville se dote petit à petit d’infrastructures accueillantes pour les cyclistes ; citons notamment une signalisation améliorée, des arceaux à vélo et des abris sécurisés. La Ville de Dinant a également aménagé certaines voiries communales afin de permettre un itinéraire plus rapide aux cyclistes. Des actions de marquage des vélos ont également été organisées. Enfin, la Ville de Dinant a également obtenu du SPW la création d’une piste cyclable sur la N95, entre Anseremme et le Rocher Bayard », disait la Ville dans un communiqué.