Dinant - Ciney

Les syndicats et la direction de Lhoist se sont rencontrés lundi matin à Namur

La réorganisation des activités de l'entreprise spécialisée dans la production et la vente de chaux Lhoist pourrait concerner davantage que les 117 emplois annoncés, s'inquiète lundi la CSC Bâtiment-Industrie & Energie. Les calculs ne prennent pas en compte les intérimaires et les sous-traitants, précise le secrétaire régional du syndicat Thibaud Poncé. "Le bilan pourrait atteindre 157 licenciements." Les syndicats et la direction de Lhoist se sont rencontrés lundi matin à Namur afin de convenir d'un calendrier de rencontres et de mettre en place une méthode de travail pour les discussions. La première séance de questions-réponses se tiendra le 26 septembre, précise le syndicaliste de la CSC. La direction doit notamment présenter une répartition des suppressions d'emplois par service et un organigramme des sites concernés.

Aucune action des travailleurs n'est programmée avant la réunion de la semaine prochaine.

Jeudi dernier, la société a annoncé au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire une réorganisation de ses activités qui pourrait conduire à la perte de 117 emplois sur trois sites. Les syndicats craignent toutefois un bilan social plus important en tenant compte des intérimaires et des sous-traitants.

Lhoist justifie son plan de restructuration par la forte baisse des ventes de ses produits ces 10 dernières années. Mais de nombreux travailleurs estiment que ces pertes d'emplois s'expliquent principalement par le conflit judiciaire qui oppose les moines de Rochefort à l'entreprise, et qui fait planer l'incertitude quant à l'approvisionnement en calcaire à moyen terme.