Après plus de deux jours d'inondations, l'heure est au constat dans la commune de Rochefort. "Il n'y a quasiment plus de chaussée inaccessible à cause de l'eau. Les cours d'eau sont pratiquement rentrés dans leur lit. Il reste quelques endroits critiques, là où l'eau est sortie en premier, en fait", explique le porte parole de la zone Dinaphi Patrice Liétart.

Dans certains quartiers, c'est un véritable champ de bataille qui se dresse devant les secours et les habitants qui s'entraident. "A Jemelle, par exemple, les rues de la Wamme et de la Lhomme qui ont été durement touchées sont totalement détruites. Sur le centre de Rochefort, une maison a été totalement chassée par l'eau. D'autres vont devoir être abattues. Entre Viller-sur-Lesse et Jamblinne, un pont n'a pas résisté. Nous faisons actuellement un bilan et un état des lieux pour voir quelles chaussées ne sont plus praticables ou risquent de s'effondrer, idem pour les ponts et les habitations. La protection civile est présente pour confectionner et distribuer des lunch packet."

Patrice Liétart précise qu'il n'y a plus aucune personne coincée au premier étage de son habitation. "On a par ailleurs reçu beaucoup d'appels de gens inquiets de ne plus avoir de nouvelles de certaines personnes mais nous n'avons, pour l'instant, aucune victime à déplorer", rassure-t-il. Ce dernier fait inévitablement un parallèle avec les inondations en région liégeoise où l'on dénombre 20 morts, à ce stade. "Les Rochefortois s'en foutent mais là-bas, c'était encore un cran plus haut. Ici, les prévisions météorologiques ont été très bonnes tout au long de ces quelques jours. Cela nous a permis d'anticiper un maximum cet événement exceptionnel en faisant du porte à porte, en demandant aux gens de se réfugier au 1er étage et de forcer les évacuations quand il le fallait. Quand on est déjà dans le jus, on ne peut pas se permettre de tergiverser."