Dinant - Ciney Sa propriétaire le recherche depuis lors

Depuis le 30 mars dernier, Sam, un labrador noir de 6 ans arborant une tâche blanche au niveau du poitrail a disparu d’une maison de campagne, à Chansin (Yvoir). Depuis, sa propriétaire le recherche désespérément.

Quotidiennement, elle poste sur les réseaux sociaux des photos dans l’espoir de recevoir, un jour, un appel téléphonique ou un message positif. Si Barbara Castagné conserve et injecte tant d’énergie pour Sam, c’est parce que ce chien est arrivé il y a peu de temps en Belgique.

Avant sa disparition, cela ne faisait que quelques semaines qu’elle en était la propriétaire, après plusieurs mois d’attente. "Sam est né dans les rues de Bucarest en Roumanie. Là-bas, les chiens sont battus, maltraités et tués. Un jour, il a été attrapé par des "dogcatchers". Les chiens attrapés par ces gens sont mis dans des cages pendant 15 jours sans nourriture et sans eau pour ensuite être euthanasiés. Il a survécu à une hémorragie que ces gens lui ont occasionnée. Il est resté quatre ans dans un refuge en Roumanie en attente d’adoption pour finalement être sauvé par l’association "Nous pour eux "dans laquelle je suis maintenant bénévole. Sam est un survivant qui ne demande qu’à être aimé et retrouvé. Ce n’est pas un simple chien pour moi", confie Barbara Castagné.

Peu après sa disparition, Sam a été vu à plusieurs endroits comme Spontin, Crupet, Durnal, Lustin, Falaën, Maredsous, Wépion ou Profondeville. "On l’aurait peut-être vu près de Roselies et Anderlues, près de Charleroi, mais sans certitude. Nous n’avons plus eu de visuels ces dernières semaines. Nous avons fait appel à un sourcier qui confirme qu’il est chez quelqu’un, tout comme une autre voyante".

De quoi donner de l’espoir à Barbara Castagné qui à en mémoire une autre disparition du genre, qui s’est bien terminée. "Au refuge, un chien de petite taille a disparu pendant des mois a Chaumont-Gistoux. On ne l’a pas vu durant des mois puis est réapparu subitement et se nourrissait chez les gens, sans réussir à l’attraper. Treize mois plus tard, il avait enfin décidé de se poser chez quelqu’un et c’est comme cela qu’on l’a retrouvé à Waterloo. Concernant Sam, le pire n’est pas à ignorer mais je dois encore continuer", conclu Barbara Castagné.

S.M