Les salles de sport font partie des secteurs touchés par les nouvelles mesures prises par le gouvernement wallon pour lutter contre la seconde vague du Covid-19. Chez X-Trême Fitness, ouvert depuis 11 ans dans le zoning de Biron à Ciney, c'est le second coup dur après celui du printemps dernier. « On n'a pas récupéré la totalité de notre clientèle lorsqu'on a pu rouvrir », explique l'un des responsables, Marc Denis. «Certaines personnes étaient freinées par les mesures, d'autres ont connu une perte de revenus et ne pouvaient plus venir ou ont débuté un autre sport. Et puis, pendant la canicule, ce n'est jamais la meilleure période. On comptait sur cette fin d'année pour récupérer une partie de notre clientèle, comme les cyclistes ou les joggeurs, mais c'est mort. »

Les mesures prises par le gouvernement touchent doublement la salle cinacienne. « On avait pour projet d’agrandir notre salle avec un espace crossfit. Le dossier est à l'urbanisme. Mais pour pallier le manque de rentabilité de la partie fitness après la première vague, on a commencé un peu plus tôt que prévu en louant une salle dans le centre de Ciney. On faisait 30 entraînements par semaine, donnés par des coachs, sur réservation. On accueillait maximum 12 personnes dans 600m². Ces fermetures sont de réels coups durs. »

Crossfit et salle de fitness confondus, X-Trême Fitness compte entre 400 et 450 membres pour qui il va désormais falloir trouver une solution. « On va mettre du matériel en prêt et en location. On va par exemple louer des vélos pour pouvoir faire des cours de RPM en ligne. » D'autres cours seront proposés via internet mais la période n'est pas la plus idéale. « A 17h30, il fait noir et la météo n'est pas toujours bonne. Difficile dans ces conditions de s'entraîner dehors. » Pour les abonnements, les responsables comptent sur la générosité de leur client. Comme dans d'autres salles de sport. « Ils pourront nous soutenir et l'argent sera prélevé normalement. S'ils ne veulent pas, rien ne sera prélevé. Ils ont le choix. Lors de la première vague, on a été soutenus par 80 à 90% de nos clients. Pour les abonnements payés à l'année, il y a aussi la possibilité de reporter les périodes », termine Marc Denis qui espère pouvoir rouvrir le 19 novembre.