Le 16 janvier dernier, les stupéfiants étaient au cœur de l'audience du tribunal correctionnel de Dinant. Plusieurs jugements ont été rendus ce mardi matin. 

14g de cannabis perdus à la prison

Le 19 juillet 2019, un Dinantais a tenté de remettre 14g de cannabis à son frère alors en détention à la prison de Dinant. « Il lui rendait visite et a laissé tomber un paquet par terre. Cela a été filmé par les caméras de surveillance », indique le parquet de Namur. L’homme est en aveux des faits. « Le cadre est particulier. On est dans un one-shot. Son frère était déprimé, il a voulu le soulager », précisait son avocate. Le prévenu est déjà connu de la justice pour des faits liés aux stupéfiants. Déjà condamné par le passé à 20 mois de prison pour des faits déjà liés aux stupéfiants, il a écopé de 6 mois complémentaires. 

Trafic de cocaïne et d'héroïne à Couvin

En région couvinoise, ce sont deux frères nés en 1989 et 1992 qui ont participé à un trafic de cocaïne et d’héroïne en 2016 et 2017. Leur parrain, aujourd’hui décédé, était à la tête de ce trafic selon le parquet de Namur. Le plus vieux des prévenus reconnaissait avoir vendu « une fois ou deux. » Il ne consomme plus aujourd’hui mais est toujours sous traitement méthadone. Il a été condamné à 20 mois de prison avec sursis probatoire. Le second avouait avoir un jour livré 10euros d’héroïne à un client. Il purge actuellement une peine cumulée d’11 ans de prison, à la suite de sursis assortis à des précédentes peines qui sont tombés. Pour lui, l'absorption de peine a été constaté et aucune peine complémentaire n'a été prononcée. 

Des vols pour financer sa conso d'héroïne

A Vresse-sur-Semois, un homme était poursuivi pour quatre vols dans des habitations. Il en reconnaissait trois. Les objets volés étaient toujours similaires : consoles de jeux, tablettes et autre multimédia. « Il revendait à chaque fois le tout au Cash Express de Charlevilles (France) », indiquait le parquet de Namur. Ces vols, le prévenu les commettait pour se payer ses doses d'héroïne. Une peine de travail de 250h, ou 15 mois de prison en cas d'inexécution, a été prononcée.