Entre janvier 2018 et janvier 2019, un important trafic de cannabis a eu lieu en région dinantaise et cinacienne. Durant quelques mois, de la cocaïne a également été vendue. Ce mercredi matin, les huit protagonistes impliqués dans ce dossier ont comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant.

Parmi eux, un couple, Anaïs et Nicolas, qui étaient à la tête de ce trafic. « Au début, on vendait pour assurer notre consommation. Mon fournisseur était un ami d’enfance. On a rapidement augmenté les quantités pour arrondir les fins de mois », a indiqué Nicolas. « Le trafic a vite pris de l’ampleur. Je regrette car ça a fait pas mal de dégâts », a ajouté sa compagne.

Le couple avait en effet une série de revendeurs chez qui le cannabis était déposé. De quelques grammes à 25, voire 50g. Ils récupéraient l’argent une fois la drogue écoulée. Les revendeurs, eux, avaient leur consommation gratuite. « C’est via une plateforme Facebook qu’ils se sont faits des clients », a indiqué l’une des avocates. « C’est encore une des dérives de ce réseau social. Il était facile pour les vendeurs de trouver des clients, et vice-versa ». Au total, ce petit réseau comptait une cinquantaine de clients. Plusieurs kilos de drogues ont été écoulés.

Devant l’ampleur du trafic, le parquet de Namur a requis des peines relativement sévères, mais toutes assorties d’un sursis probatoire : cinq ans à l’encontre de Nicolas, qui se trouve en état de récidive légale et quatre ans contre sa compagne. Pour tous les autres, les peines sont comprises entre huit mois et trois ans.

Jugement le 14 octobre.