Un ancien sorteur du Lindbergh (Couvin) a comparu ce mardi matin devant le tribunal correctionnel de Dinant pour deux faits de violence relativement anciens. Il s'en serait pris à deux fêtards, le 16 novembre et le 29 décembre 2013.

Pour le premier fait, l’ex-sorteur se souvient d'être intervenu auprès d'un couple bien éméché. « Il a accompagné les deux personnes dehors. Dans les escaliers, le monsieur a chuté. Mais sa compagne affirme qu'il l'a poussé. Elle a téléphoné à la police en parlant d'une tentative de meurtre ! Il y avait des caméras de surveillance. Ce n'est qu'en avril 2015, un an et demi après, que la police s'en est souciée. Les images n'étaient évidemment plus disponibles », plaide la défense.

Lors du second fait, l'ancien sorteur aurait porté un coup de poing et balayé une personne qu'il venait de mettre dehors. L'intéressé ne se souvient pas de cette soirée en particulier. « Mais d'une manière générale, je n'ai jamais porté ce genre de coup à qui que ce soit. » La victime présumée venait d'être expulsée du Lindbergh car ce dernier, qui n'avait pas apprécié qu'une fille embrasse sa petite amie, avait un comportement belliqueux. « Il est tombé sur sa hanche et a subi 34 jours d'incapacité de travail à la suite d'une fracture », a précisé la partie civile. « Dehors, ce monsieur avait trois sorteurs face à lui. Il a indiqué avoir été frappé et balayé par une personne qui avait un piercing à la lèvre, ce qui n'est pas le cas de mon client », a précisé la défense. Vu l'ancienneté des faits, le parquet de Namur demande une simple déclaration de culpabilité. Jugement le 3 novembre.