Le 6 août 2020, un jeune homme se présente au restaurant de son beau-père, pour récupérer du mobilier pour sa maman. Le couple était en pleine séparation et l’ambiance était particulièrement tendue. Surtout entre le beau-père et les quatre enfants de madame. L’accès au restaurant lui est refusé. De quoi faire dégénérer la situation. "À partir de ce moment, les versions divergent. La victime dit avoir reçu un coup de poing, qui l’a fait tombée directement au sol", explique le parquet de Namur. À l’arrivée de la police, le beau-père a la bouche en sang.

Le prévenu explique quant à lui avoir mis une baffe. Âpres en avoir reçu une. "On s’est disputé. Je l’ai repoussé puis je lui ai mis une baffe. Il ne saignait même pas. Il s’est fait signer lui-même, trente minutes après." Un cuisinier du restaurant a en partie assisté aux faits. "Il dit qu’il n’a pas vu le beau-père mettre de gifle mais ça ne veut pas dire qu’il n’y en a pas eu. Il confirme bien qu’il y a eu une altercation et des bousculades à l’extérieur de l’établissement", plaide la défense qui demande une suspension du prononcé. "Cela fait un an que je ne l’ai plus vu, tout le monde est content", ajoute le Rochefortois. Dix mois avec sursis probatoire sont requis par le parquet de Namur.

Le jugement sera rendu le 26 avril.