Le 8 octobre 2019, un incendie s’est déclaré dans un chalet d’Hastière. L’auteur présumé des faits a comparu devant le tribunal correctionnel ce mercredi matin. Deux ans de prison avec sursis probatoire ont été requis à son encontre.

Ce dernier avait entretenu une relation de quelques mois avec la locataire de ce chalet. "Monsieur a mal accepté la rupture. Le jour des faits, ils sont entrés en contact pour la restitution de ses biens. Entre 16h et 19h, madame s’est absentée. À son retour, un voisin et elle ont vu un dégagement de fumée et le prévenu, porteur d’une cape noire, quitter les lieux", a précisé le parquet.

Pour le ministère public, le caractère volontaire des faits ne fait aucun doute. "Il avait même placé une table en bois contre le poêle à mazout pour provoquer un second foyer." Mais pour la défense, il s’agirait d’un incendie involontaire, commis par négligence. Le prévenu avait pris trois Diazepam et bu pratiquement deux bouteilles de whisky à lui seul. En l’absence de son ex-compagne, il a forcé la porte-fenêtre du chalet pour pénétrer à l’intérieur. "Il s’est assis sur le lit et a fumé plusieurs cigarettes. L’une d’elles peut avoir mis le feu. Selon les pompiers, l’incendie a pris au niveau du matelas mais il n’y avait pas de flamme. Celui-ci se consumait simplement. Le fait qu’il était en colère ne démontre rien." Jugement le 10 mars.