Commotion cérébrale, fracture du crâne, d’une arcade sourcilière et du nez, tendons d’une main sectionnés. Voilà les blessures subies par un octogénaire (Ndlr : aujourd’hui décédé), pour ne citer qu’elles, dans la nuit du 14 au 15 décembre 2020 à Hastière. Ses agresseurs sont au nombre de quatre. Des peines de 7, 8, 9 et 10 ans de prison ont été requises à leur encontre ce jeudi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant.

Malgré son âge, la victime vendait des stupéfiants. L’un des prévenus cherchait justement de l’héroïne à fumer. C’est ainsi que tous se sont mis en route en direction du camping où il résidait cette nuit-là. Mais, en chemin, l’idée de le braquer a germé. Et elle a été mise à exécution. Mickaël et Yohan sont entrés pendant qu’Anthony attendait à l’extérieur et que Lætitia, malade selon elle, patientait dans la voiture. "Mickaël n’a pas attendu quoi que ce soit, il a porté un premier coup. On a fouillé les lieux. On a trouvé une bille de cocaïne mais ce n’était pas ça qu’on cherchait. Mickaël est alors devenu plus violent. Oui, il a mis une paire de ciseaux sur la gorge du vieux pour le menacer. Étant en sursis, j’ai quitté les lieux. Je ne voulais pas être mêlé à ça", a expliqué Yohan qui affirme n’avoir porté aucun coup.

La victime a été grièvement blessée. "Quand j’ai quitté les lieux, il n’y avait pas eu autant de violence que ce que j’ai vu sur les photos", a ajouté Yohan. Hormis Mickaël, qui a porté des coups ? Qui des quatre a organisé ce braquage ? Difficile à dire car tous ont des versions différentes dans ce dossier. Mais aussi parce qu’Anthony et Mickaël, qui se trouvaient dans la même cellule en prison, se seraient mis d’accord pour charger Yohan.

Ce qui est sûr, c’est qu’une télévision, un gsm, un portefeuille, un poêle à pétrole et des stups ont été volés ce soir-là et que l’octogénaire a été molesté. Les avocats des deux hommes qui sont entrés dans la caravane ont demandé une peine de travail. Pour le troisième, un sursis probatoire. Pour la dame restée dans la voiture, invitée à se défendre pour du recel, une peine de probation autonome.