Les Grottes de Han font depuis longtemps l’objet de nombreuses recherches scientifiques. « Par exemple, l’étude par carottage de la stalagmite « Proserpine », située dans la Salle du Dôme de la Grotte de Han, a permis de récolter des informations sur notre climat et notre environnement. L’analyse de la structure interne, de la composition chimique et isotopique de Proserpine et la comparaison avec des données historiques ont permis une reconstruction climatique. Les stalagmites enregistrent les informations climatiques depuis leur formation c’est-à-dire des milliers d’années. Des données utiles dans le contexte du réchauffement climatique présent et futur", indique-t-on au Domaine.

D’autres études comme celle des séismes par datation de stalagmites cassées ou celle des trajets des eaux souterraines par traçage avec fluorimètres y sont réalisées. Des fouilles archéologiques permettent également d’en savoir davantage sur la présence humaine dans la grotte à travers les époques.

Le Domaine des Grottes de Han dispose ainsi de son propre comité scientifique, qui se réunit habituellement deux fois par an. Ses membres sont issus de différentes disciplines : la karstologie, l’hydrogéologie, l’archéologie et la biologie. Ils réalisent ponctuellement des recherches dans le Massif de Boine, colline abritant les Grottes de Han. Le comité se réunit ce lundi 14 mars lors d’un workshop à Han-sur-Lesse. Il a pour objectif d’informer les membres du comité scientifique des différentes recherches réalisées sur le site ces derniers temps et de leurs résultats.