Engagée en 1986 dans une société d’Anhée en tant que secrétaire, cette dame est poursuivie pour avoir volé 83.600€ entre 2008 et 2016 et pour avoir détourné 35.700€ durant cette même période. Ce mardi matin, elle a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant où un an de prison a été requis à son encontre.

Ces faits, l’intéressée les a contestés. Le patron, aujourd’hui décédé, voulait à l’époque remettre sa société. Il avait trouvé son repreneur. "Chacun voulait son prix. Moi, j’étais le dernier élément qu’il restait et je gênais beaucoup de par mon ancienneté. Mon préavis allait lui coûter cher", a expliqué la prévenue. Le patron aurait dès lors élaboré une plainte en évoquant un vol de plus de 80.000€ qui correspondait au préavis qu’il aurait dû payer pour la voir partir.

Quant aux 35.000€ détournés, la prévenue les a bien touchés. Mais dans les règles, selon elle. Et elle les a remboursés. "Il s’agissait d’avances, en prêt et sans contrepartie. Tout était dans la comptabilité. Un jour, il m’a harcelé pour que je signe un papier dans lequel je reconnaissais cette dette. Il m’a dit que si je ne le faisais pas, je serais sur la paille pour le restant de mes jours."

La partie civile a souligné que c’est en 2007, lorsque la prévenue a repris le rôle qu’occupait le comptable, que des choses suspectes ont été commises. Elle avait accès à tout : comptes bancaires, fisc, ONSS,… Des augmentations salariales progressives de 100 à 200€ étaient effectuées. En dix ans, son salaire a augmenté de 77 %. "Ces augmentations étaient déjà appliquées aux ouvriers et employés avant que je n’arrive. Je n’ai fait qu’appliquer que ce qu’on m’avait dit", s’est défendu l’intéressée. La défense a plaidé l’acquittement estimant que les faits ne sont pas fondés et qu’il n’existe aucune preuve. Jugement le 11 janvier.