Le prévenu est décrit par des experts comme impulsif. Par le parquet de Namur comme quelqu’un au tempérament explosif, ingérable. Ce mercredi matin, il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Dinant pour plusieurs faits de violence commis sur sa compagne, à Bièvre, et pour rébellion. "Leur relation était houleuse et les premières violences physiques ont commencé dès la première grossesse. Monsieur piquait des crises et saccageait tout dans la maison", explique le parquet de Namur.

Le caractère de cet individu a poussé sa compagne à mettre fin à leur relation. "Mais malgré cela, il s’est incrusté durant 15 jours chez elle." C’était en juin dernier. "Le 9 juin, une dispute a éclaté. Il a détruit du mobilier et lui a lancé un couteau. Le lendemain, il lui a lancé un vélo en plastique. Elle a réussi à le mettre dehors. Il a trouvé un couteau à steak dans un parterre et a menacé de la planter si elle n’ouvrait pas." Durant sa crise, l’homme a également arraché un radiateur, a détruit la table du salon et de la salle à manger ainsi que les barreaux des escaliers. "Je m’occupais de mes enfants pendant que madame partait boire", explique le prévenu pour justifier ses colères.

Ce jeune homme s’est aussi rebellé dans le bureau du juge d’instruction lorsque celui-ci lui a signifié son placement sous mandat d’arrêt. Vingt mois avec sursis probatoire ont été requis par le parquet de Namur. Jugement le 12 janvier.