Une motion de soutien relative au Domaine provincial de Chevetogne a été votée, ce lundi soir, à l'occasion du conseil communal de Ciney par la majorité et le groupe d'opposition Ecolo.

Avec une partie importante du financement des zones de secours qu'elle doit désormais assumer, la Province de Namur doit réaliser des économies. Le Domaine provincial de Chevetogne, dont le coût annuel est d'environ 5 millions d'euros, est clairement ciblé. Ce que déplore le Collège communal cinacien, dans cette motion votée lundi soir. Celui-ci s'oppose à une privatisation du Domaine et plaide pour une « solution multilatérale négociée ». Même explication chez les écologistes de Ciney qui se « positionnent en défenseur du domaine, qui doit rester un service public en faveur de l'orientation "nature" et sociale de celui-ci."

Lors de ce conseil communal, le conseiller de l'opposition Action Jean-Marie Cheffert, par ailleurs conseiller provincial, a partagé la position du collège provincial : pas de vente prévue, pas de privatisation ni de licenciement un moratoire sur les investissements, un entretien annuel du domaine et la création dès 2022 d'une régie pour avoir une vision globale de la gestion du parc.

L'avenir du Domaine provincial de Chevetogne sera encore débattu le 2 avril prochain, lors du prochain conseil provincial. Le directeur du Domaine, Bruno Belvaux, y présentera également son projet de « musée vert », qui consiste à transformer les forêts du Domaine en réserve intégrale. "Un projet porteur d'espoir pour Ciney qui propose un tourisme social et durable, vise à restaurer durablement la biodiversité, et est porteur de retombées économiques importantes et variées tout en ayant un coût modéré. Le projet de Musée vert demande des investissements modérés puisqu’il s’agit principalement d’une conservation naturelle", estime Ecolo.