Un résident du centre de la Croix-rouge d'Arlon a fait opposition à un jugement le condamnant à 15 mois de prison avec sursis, ce mardi matin devant le tribunal correctionnel de Dinant.

Il était poursuivi pour un vol et une violation de domicile commis à Yvoir début mars 2020. Les deux individus ont premièrement été surpris, au beau matin, en train de dormir dans une habitation inoccupée. "Un couple qui venait d’hériter de cette maison a surpris les deux individus qui se reposaient dans des lits. Ils ont brisé un carreau pour y entrer. Ils ont pris la fuite. Dans leur fuite, ils ont perdu des objets volés ailleurs", indiquait le parquet de Namur. Un second vol leur était reproché dans une habitation de la région. "Une dame a vu une personne partir de la maison mais ne s’en est pas inquiétée car son grand-père était alité dans le salon et recevait régulièrement des gens."

Le prévenu qui a fait opposition conteste les préventions mises à sa charge. « Mon client venait d'apprendre que son ami allait se faire expulser. Ils ont dormi dans cette maison abandonnée. Pendant qu'il dormait, l'autre est allé commettre un vol. On n'a rien retrouvé sur lui et les témoins ne parlent que d'une personne », explique son avocat. Ce dernier plaide également l'acquittement pour la violation de domicile, citant un article du code pénal. « Ce dernier stipule que les violations de domicile ne concernent que les logements habités. En 2005, la ministre de la justice (Ndlr : Laurette Onkelinx), avait elle-même reconnu que quand une maison n'était pas habitée, il n'y avait pas de violation de domicile. » 

Des propos que regrette le parquet de Namur qui demande le maintien des 15 mois avec sursis. « La maison était inhabitée suite à un décès mais en aucun cas à l'abandon. Il y a toujours une période de transition lors d'un héritage. Que faire des objets, meubles, etc. ? Il est regrettable que certaines personnes profitent de telles situations. »