Un projet de six éoliennes sur Dinant et Yvoir a été présenté. Un de plus.

Les projets éoliens se multiplient sur les communes d'Hamois et de Ciney. Mais elles ne sont pas les seules concernées. Dinant et Yvoir n'échappent pas aux intérêts des promoteurs. Comme Luminus qui veut installer six éoliennes dans ces deux communes. « D’une capacité maximale de 4,5 MW, la production estimée de ces six nouvelles machines est de 30.000.000 kWh par an, ce qui couvrira les besoins en électricité d’environ 7.500 familles. Elles permettront d’économiser chaque année 22.000 tonnes de CO2 par rapport aux émissions d’une centrale thermique au gaz. Cette économie est comparable aux émissions d’environ 6.000 voitures (en fonction d’un kilométrage de 15.000 km/an et d’émissions moyennes du parc automobile belge de 152,5 g CO2/km) », explique Luminus.

Si le projet se concrétise, cinq de ses six éoliennes seront implantées sur la commune dinantaise, à Thynes. « Le problème qui se pose actuellement est qu'elles se situeraient entre les éoliennes déjà existantes et le village, elles seraient donc encore plus proche de Thynes. Elles seraient par ailleurs plus hautes que celles déjà là », explique l'échevin de l'environnement Thierry Bodlet.

A ce stade, le responsable politique ne pas encore dire dans quelle direction la commune va se tourner lorsqu'il faudra rendre un avis. « Ca voudrait dire qu'on préjuge, ça serait maladroit car une étude d'incidence doit d'abord être réalisée. Nous n'avons pas encore tous les éléments en notre possession. » Mais ce dernier se montre néanmoins prudent par rapport aux projets éoliens des différents promoteurs. « De mémoire, on a déjà cinq éoliennes à Thynes et il y a une série de projets sur les communes avoisinantes. Si tout se concrétise, on parle d'une trentaine d'éoliennes. Des habitations seraient encerclées. Ceux qui viennent d'acheter une habitation dans la région pour la vue et le calme commencent à être déçus. »

Un argument dont les autorités communales d'Yvoir risquent de tenir compte également lorsqu'elles devront elles aussi rendre un avis. « Nous ne sommes concernés que par une éolienne à la limite de notre territoire. Il faudra tenir compte d'une série de facteurs qui concernent la faune locale et éviter l'effet d'encerclement des habitations », précise le bourgmestre Patrick Evard. S.M