Le confinement que l'on a connu il y a peu a peut-être produit aussi des effets positifs. Bon nombre de personnes se sont remises à la marche, au jogging et au vélo pour entretenir voire pour retrouver la forme. Mais, explique Ecolo Sambreville, "toute cette période était propice pour que nos autorités communales testent des itinéraires favorables à d’autres modes de déplacements et pourquoi pas tenter de les pérenniser à la rentrée. Cette année était d’autant plus intéressante pour les expérimentations que beaucoup, pour des raisons financières et/ou de sécurité sanitaire, avaient décidé de ne pas partir en vacances. Pourtant, à Sambreville, il n’y a toujours aucun dialogue entamé sur la question et à fortiori aucun effet visible de cette possible transition, alors que nombreuses sont les communes de Wallonie et de Bruxelles à avoir fait preuve d’anticipation dans le domaine de la mobilité". C'est d'autant plus dommage, selon les verts sambrevillois, que la tendance s’est confirmée: les ventes de deux roues et de chaussures de jogging ont explosé, à tel point que des vendeurs ont annoncé avoir épuisé leur stock.

"Ce manque d’actions concrètes du Collège est nouvelle une occasion manquée alors que la mobilité du 21ème siècle doit être réinventée" expliquent encore les écologistes locaux. Ils plaident donc pour

  • permettre aux citoyens, via une concertation, quartier par quartier de s’exprimer et de participer à la mise en place d’un vrai plan de mobilité alternative et digne du 21e siècle pour notre commune,
  • mettre en place une piste cyclable continue et protégée entre les écoles de l’entité
  • que les trottoirs de l’entité permettent réellement un déplacement sécurisé et adapté pour nos citoyens,
Ils s’étonnent également que la commune ne s’intéresse pas aux subsides régionaux qui lui permettrait d’être soutenue dans ce travail.