Anne Hubinon et son groupe ont obtenu que soit créé un groupe de travail sur le sujet.

Anne Hubinon, c’est la cheffe de groupe Ecolo au conseil communal de Namur. C’est aussi Madame Piscines. Elle intervient régulièrement à ce sujet. "On s’est un peu réparti les sujets et je suis le dossier piscines. C’est un sujet important car il concerne tout le monde : les enfants, les adultes, les sportifs, ceux qui veulent se remettre en forme… Et considérer que tourner avec deuxpiscines au lieu de troisest satisfaisant, c’est faire fi de l’opinion des nageurs comme de ceux qui ont renoncé à aller nager par manque de place", résume-t-elle afin d’expliquer son investissement pour un sujet qui peut paraître anodin aux yeux de certains.

Sans oublier qu’une éventuelle 4e piscine à Namur figurait dans le programme d’Ecolo.

Anne Hubinon se réjouit d’apprendre que les trois infrastructures namuroises seront à nouveau accessibles en même temps en février. Et de voir que le bourgmestre, Maxime Prévot, a accepté l’idée d’un groupe de travail sur les piscines lors du conseil communal de décembre, ce qui traduit un changement d’attitude par rapport aux années précédentes.

"On souhaite au moins que la Ville de Namur se penche dessus sérieusement. Quand les pannes et les réparations commencent à se multiplier sur ma voiture, mon garagiste me dit combien de temps elle doit encore tenir pour amortir les travaux avant d’envisager de la revendre. C’est pareil avec les piscines : la gestion en bon père de famille implique de réagir lorsque des pannes surviennent, mais aussi de se projeter dans l’avenir", plaide la conseillère communale.

Elle ne se positionne pas en spécialiste et n’avance pas de réponses toutes prêtes, mais insiste pour que la Ville se pose certaines questions. "Est-ce qu’on garde troispiscines et comment en assure-t-on la pérennité ? Est-ce qu’il est opportun de se doter d’une piscine supplémentaire, qu’elle soit récréative, comme d’autres communes en ont fait le choix, ou naturelle ? Namur bénéficie d’un fleuve et d’une rivière : il ne faut pas évacuer la question avant de l’avoir posée sérieusement."

Magali Veronesi

Même si le groupe Ecolo compte bien mettre sur la table du groupe de travail qui doit être créé l’idée de construire une 4e piscine, il ne compte pas pour autant demander de faire table rase de ce qui a été entrepris jusqu’ici. "Il faut rester sérieux et aller au bout du plan de rénovations. Du travail, des bureaux d’études, de l’argent public ont été engagés. Ce serait insensé de s’arrêter."

Sans vouloir revenir sur le bien-fondé des travaux qui ont dû être faits et sur les tuiles qui sont arrivées comme le manque d’étanchéité à Saint-Servais et les pannes de chauffage à Salzinnes, Anne Hubinon estime que la Ville doit davantage tenir compte des nageurs individuels. "On a fait des travaux pour le mieux-être des écoles, des clubs et des groupes, mais aussi pour les familles. Il n’y a rien de pire que d’aller à la piscine avec son gamin et de s’entendre dire qu’on ne peut pas entrer car il y a trop de monde."

Le problème se posera encore lorsque la piscine de Salzinnes sera fermée pour des rénovations de longue durée. "Deux infrastructures, c’est largement insuffisant. Il y a plusieurs pistes dont une ouverture le dimanche après-midi. Une tentative n’a pas été couronnée de succès, je l’entends bien. Mais les demandes évoluent au fil du temps, d’autant que les étés sont de plus en plus caniculaires."M.V.