Certains trouvent l’initiative ridicule mais Philippe Noël y tient pour promouvoir l'égalité des genres

Depuis le 1er septembre, la Ville de Namur applique l'écriture inclusive dans tous les documents émis par l'administration. Ce changement vise à promouvoir l'égalité des genres. Il a été mis en place sous l'impulsion de Philippe Noël, président du CPAS en charge de la Cohésion sociale. L'écriture inclusive est une méthode de rédaction qui se base sur un langage épicène (sans genre ou neutre), avec pour objectif de traiter de manière égalitaire les femmes et les hommes, favorisant ainsi une meilleure cohésion sociale.

Beaucoup pourraient juger que l’initiative est ridicule et que cela rend la langue incompréhensible. Ce type d’écriture est pourtant encouragé par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH), qui soulignait dans son rapport de 2015 que la langue reflète la société et sa façon de penser le monde. "L’idée de l’écriture inclusive est de redonner de la place au féminin, de s’affranchir du masculin générique, neutre, qui est englobant", rappelle Philippe Noël en citant Raphaël Haddad.

Pourquoi la ville de Namur s'y met-elle maintenant?

Une rédaction qui s’appuie sur un langage non-sexiste. Promouvoir l’égalité des genres, combattre les stéréotypes et habitudes liées à la règle du masculin qui l’emporte, tels sont les objectifs de l’écriture inclusive. Une méthode de rédaction qui se base sur un langage épicène (sans genre ou « neutre ») avec pour objectif de traiter de manière égalitaire les femmes et les hommes, favorisant ainsi une meilleure cohésion sociale, rappelle la ville de Namur qui veut montrer l'exemple en tant qu'institution publique.

"La volonté de mettre en application cette forme d’écriture s’appuie notamment sur une note de recommandations proposée par le réseau OPALE (Organismes francophones de politique et d’aménagement linguistique, regroupant plusieurs pays francophones dont la Fédération Wallonie-Bruxelles fait partie). Trois recommandations ont été retenues par la Ville. Un: la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, par exemple : Madame la Conseillère communale ou Madame la Directrice générale. Deux: l’écriture épicène qui consiste en l’usage de mots neutres, par exemple : les membres du Conseil. Trois: a forme double : avec en exemple : les conseillères et conseillers OU les conseillers et conseillères", explique Philippe Noël, président du CPAS en charge de la Cohésion sociale.

Quelques exemples de ce qui se pratique dans l'administration

© DR

© DR

© DR

© DR

Comment cette transition s'opère-t-elle?

Depuis le 1er septembre 2019, les nouvelles mesures d’écriture doivent être appliquées à l’ensemble des documents rédigés par l’administration communale : courriers, brochures, rapports, affiches... Etant donné le nombre de supports visés, ce passage se fera par étapes : les nouveaux documents ou leur réédition seront les premiers à être mis à jour. De plus, plus de 20 formations sur l’écriture inclusive ont déjà été données au personnel communal, touchant ainsi plus de 200 agents et agentes.