Le tribunal correctionnel de Namur a condamné jeudi deux prévenus à une peine de prison de 3 ans assortie d’un sursis probatoire de 5 ans et à une peine de travail de 180 heures pour vente de stupéfiants en région namuroise.

Les deux Namurois, lui âgé d’une trentaine d’années et elle de 10 ans sa cadette, comparaissaient pour des infractions à la loi sur les stupéfiants. On leur reprochait d'avoir vendu de l'ecstasy, du speed et des amphétamines en association, notamment à des mineurs de moins de 16 ans, entre janvier et décembre 2019.

Lors de l’audience du 23 juillet, le prévenu confirmait avoir consommé avec d’autres personnes et « échangé des drogues », mais réfutait avoir vendu, en particulier à des mineurs. La prévenue prétendait qu’elle ne vendait que depuis un mois un moment de son interpellation.

Dans son jugement, le tribunal estime les circonstances de vente en association et de vente à des mineurs établies, mais fixe le début de la période infractionnelle au 1er novembre 2019. Il constate l’état de récidive légale du prévenu, le caractère répétitif de ce type de faits dans son chef, le but de lucre et le danger que représente pour autrui la consommation de telles substances. Il est condamné à une peine de prison de 3 ans assortie d’un sursis probatoire de 5 ans et à une confiscation par équivalent de 200 euros.

La jeune fille est condamnée à une peine de travail de 180 heures et à une confiscation par équivalent de 900 euros. Dans son jugement à son égard, le tribunal a tenu compte de son jeune âge, de son absence d’antécédent et de son évolution positive.