Ce samedi 27 mars, les 3 groupes d’opposition (IC, ECOLO, PS) soutiennent ensemble le collectif citoyen « Sauvons Aische Rural » en participant à la balade au fil du Nachaux, organisée dans le cadre des journées de l’eau. Une balade qui tourne autour du projet visant la construction de 235 logements sur le site de l’ancien camping d’Aische-en-Refail.

« Nous sommes pour le développement du village et la réhabilitation du château-ferme et de son domaine, mais contre la construction massive de logements sur le site de l’ancien camping d’Aische-en-Refail », explique Frédéric Rouxhet, conseiller communal IC qui avait déjà interpellé le bourgmestre Rudy Delhaise sur le sujet lors de la séance du conseil communal le 21 décembre dernier.

« Vous aviez écrit que ce projet n’est pas uniquement celui de la commune, ou du promoteur, mais qu’il doit aussi être celui des Aischois. On comprend que le Collège soutient déjà ce projet alors qu’il n’a encore fait l’objet d’aucune analyse de fond par les nombreuses instances qui doivent intervenir. Ce positionnement pose question quant à votre indépendance de jugement dans les prochaines étapes des procédures. »

Ces 235 logements représenteraient quasiment une hausse de 50% du bâti existant. « C’est un nouveau village comme Mehaigne ou St-Germain qui comptent chacun environ 250 logements, ou plus de deux fois Upigny. A la lecture des documents, on peut noter que les 3 phases résidentielles sont fixées dans le temps. On peut les qualifier de certaines. Mais que les 3 autres phases dépendront des opportunités et du contexte économique lié au coronavirus, dit le promoteur. On peut donc les qualifier d’incertaines. Ce qui démontre que le projet n’est pas abouti. On pourrait ainsi se retrouver à la fin avec un projet non pas « multigénérationnel », mais tout simplement totalement un quartier déconnecté du village, sans sens. Par ailleurs, il fait totalement fi des orientations définies dans le Schéma de développement communal. »

Pour que ce projet soit vraiment celui des Aischois, Frédéric Rouxhet propose l’organisation d’ateliers d’aménagement, sur le modèle des réunions organisées dans le cadre de l’opération de développement rural. « Pour conclure, nous souhaitons que vous preniez les mesures nécessaires pour que ce projet s’inscrive dans les orientations définies dans le schéma de développement communal et prenne véritablement en compte les préoccupations de la population (mobilité, infrastructures et équipements...). Pour que ce projet dénommé « Les jardins de là-bas » soit aussi un projet d’ici. »