Ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Namur, un couple était accusé d’avoir vendu de l’héroïne pour un montant avoisinant les 14.000 euros, soit 353 grammes, entre le 1er janvier et le 15 août 2018, date de leur interpellation.

Le prévenu, en aveux explique : "On nous reproche aussi des faits de vente de cannabis mais on n’en a pas vendu. Ma compagne de l’époque et moi vendions pour financer notre consommation personnelle. J’achetais pour 5, 10, ou 15 grammes à la fois. Aujourd’hui, je suis une thérapie, je suis sous méthadone. J’ai payé mes dettes et mes amendes. Je m’investis dans des activités pour les jeunes." Quant à la prévenue, elle n’aurait participé au trafic qu’à une ou deux reprises, en livrant de la drogue.

Pour le ministère public, représenté par le substitut De Scheemaekere, les faits sont graves. "C’est du poison qui a été vendu à des personnes dépendantes, un fléau potentiellement dangereux et mortel, notamment en cas de sevrage." Pour estimer les quantités et le montant de la drogue vendue, 11 clients ont été entendus par la police. Le substitut requiert une peine de 15 mois de prison et 1000 euros d’amende à l’encontre des deux prévenus ainsi que la confiscation par équivalent de l’actif illicite. Il ne s’oppose cependant pas à un sursis, vu l’absence d’antécédents des deux protagonistes.

L’avocat du vendeur plaide la suspension probatoire du prononcé de la condamnation alors que l’acquittement est sollicité pour la prévenue.

Jugement le 5 novembre.