Le 24 mars 2020, les Ministres wallons de l’environnement et de l’aménagement du territoire ont octroyé à Eneco Wind Belgium le permis unique pour la construction d’un parc éolien sur la Plaine de Boneffe. Natagora, en partenariat avec le Comité Plaine de Vie, a donc introduit un sixième recours devant le Conseil d’Etat.

Natagora explique : " Véritable cas d’école de mauvaise gestion politique, ce dossier vire à l’absurde en entraînant une perte de temps et d’argent pour toutes les parties prenantes. Pour Natagora et le Comité Plaine de Vie au vu des coûts répétés d’une telle procédure, mais également pour l’administration et pour l’entrepreneur et enfin pour le Conseil d’État alors que celui-ci croule sous les dossiers. Tout ce temps aurait pu être consacré à essayer de trouver une solution globale au problème éolien en Wallonie, comme le propose Natagora depuis de nombreuses années. Comment expliquer un tel engouement de la part d’Eneco et de Natagora pour cette plaine agricole qui s’étend entre les villages de Taviers, Boneffe et Branchon, d’un côté, et de Ramillies, Folx-les-Caves et Jauche, de l’autre ? Si la configuration géographique de la plaine de Boneffe a été identifiée, depuis 2008 par les promoteurs éoliens, comme un territoire idéal pour l’implantation d’un parc éolien, plusieurs espèces d’oiseaux, dont certaines protégées au niveau européen, utilisent également cet espace unique, et ce, depuis bien plus longtemps encore. La plaine de Boneffe est donc intéressante tant pour les développeurs éoliens que pour l’avifaune ou encore les citoyens attachés à ce paysage d’openfield."

Au-delà des questions paysagères, Natagora apporte une attention toute particulière au maintien de la capacité d’accueil des grandes plaines agricoles et aux espèces pour lesquelles il n’existe pas de mesures de compensation possible. C’est le cas, notamment, du cortège d’espèces d’oiseaux typiques des plaines agraires (en particulier vanneaux et pluviers). En effet, ces espèces d’oiseaux menacées ne portent pas un intérêt à l’habitat en tant que tel mais sont liées à l’échelle paysagère du site (grande plaine ouverte, absence d'éléments verticaux). "Comme il n’est pas possible de recréer un paysage d’openfield ailleurs, l’impact sur ces espèces n’est donc en aucun cas compensable malgré ce que proposent le promoteur et la Wallonie. En préservant ces espèces rares, Natagora protège par la même occasion d’autres espèces plus communes et préserve dès lors le fonctionnement des écosystèmes dont nous dépendons tous étroitement. Par ailleurs, aujourd'hui, toutes les plus belles plaines agricoles de Wallonie voient leur caractère ouvert menacé par un projet éolien. À terme, ces milieux risquent donc de disparaître de Wallonie, raison pour laquelle Natagora s’oppose aux projets éoliens localisés dans l’une des plaines de grand intérêt ornithologique. Comme c’est le cas ici à Boneffe."