Namur Les prochaines élections communales, c’est en 2018. Le PTB, qui ne dispose d’aucun conseiller à Namur, devrait voir son score exploser, si l’on en croit les sondages.

Ce n’est pas le premier sondage qui consacre le PTB comme troisième formation politique en Belgique francophone. Ce qui veut dire qu’a priori, le parti qui ne dispose jusqu’à présent d’aucun conseiller communal dans l’assemblée namuroise devrait se retrouver avec un ou plusieurs conseiller. Et pourrait, qui sait, intégrer une majorité si celle en place depuis deux législatures n’est pas reconduite.

D’où l’intérêt de se demander ce que les représentants namurois feraient s’ils héritaient d’un ou l’autre poste d’échevin. Parfois, la réalité n’est pas si loin de la fiction…

Petit tour d’horizon avec Thierry Warmoes, 49 ans, président du PTB Namur/Luxembourg.

"Nous ne sommes pas un parti électoraliste même si nous ne sommes pas contre entrer dans une majorité", prévient d’emblée le Namurois. "Mais notre envie n’est pas d’entrer dans une majorité qui mène la même politique qu’actuellement, tant au niveau fédéral qu’au niveau communal."

Il tempère aussi la hausse du PTB dans les récents sondages. "Nous n’aurons pas forcément un tiers des voix à Namur puisque le PTB remporte plus de suffrages dans des provinces comme Liège et le Hainaut" , rappelle-t-il .

À la différence d’autres partis qui sont déjà en train de peaufiner leur programme et de commencer à négocier les noms sur les listes pour 2018, le PTB n’en est pas encore là. "Nous avons la ferme intention de présenter une liste complète à Namur", affirme cependant Thierry Warmoes dont les collaborateurs accueillent chaque semaine de nouveaux membres.

"Depuis le début de l’année, on en est à plus de 200 nouveaux affiliés. C’est plus du double de l’an dernier", s’étonne-t-il presque. Il ne compte pas en rester là. "Nous tentons de rencontrer tout le monde afin de faire connaissance". Car c’est une chose d’avoir de la sympathie pour le PTB et une autre de vouloir éventuellement s’engager avec le parti…

Toujours est-il que si le PTB intègre une majorité à Namur, il ne compte pas faire profil bas. "On ne va pas tomber dans le panneau qui consiste à limiter l’intérêt du PTB à l’action sociale. Le Logement, le Budget, les Finances, les Travaux publics sont des compétences importantes des communes et nous sommes évidemment intéressés de les gérer."