Un barbier du centre de Namur a été pris en défaut à plusieurs reprises lors de contrôles, entre 2018 et 2020.

4 personnes en séjour illégal ont été observées chez lui, elles ne faisaient pas l’objet de déclarations de dimona et leurs horaires de travail à temps partiel n’étaient pas affichés. Certaines ont pris la fuite. La situation s’est même avérée tendue quand le patron a menacé un inspecteur avec un couteau de barbier ou a déchiré 85 euros sous les yeux de ceux-ci. Il a également brisé à 3 reprises les scellés apposés sur son commerce

L’auditorat du travail réclame le versement de 10.760 euros de rémunérations non perçues à deux travailleurs. "Je les logeais et les nourrissais en plus de les former", explique le patron pour justifier pourquoi il n’a pas correctement payé ses travailleurs. Une amende de 32.000 euros est requise à l’encontre de sa société. Son avocate plaide la suspension simple du prononcé de la condamnation. Jugement le 12 janvier.

JVE