L’action, organisée par Extinction Rebellion Namur, a reçu le soutien de plusieurs autres associations. Ensemble, elles dénoncent le mépris de la Ville de Namur pour son environnement et, dans le cas présent, la disparition d’un arbre remarquable répertorié sur la liste officielle de la commune. Ce statut particulier, censé le protéger, aura été balayé d’un revers de la main au profit d’intérêts privés et strictement financiers.

« Dans le contexte sanitaire, climatique et environnemental que nous traversons, nous pensons que ces actes doivent être condamnés avec la plus grande fermeté car ils dégradent encore davantage la qualité de vie en ville et mettent la biodiversité en péril », confie Anne, une militante présente sur place. « Plus rien aujourd’hui ne freine les appétits financiers des promoteurs, encouragés en cela par la coupable vélocité des autorités politiques à délivrer des dérogations permettant la destruction de ce bien commun ».

Les scientifiques ne cessent de le répéter : les arbres sont nos meilleurs alliés pour lutter contre la crise climatique à venir, à la fois pour les protections qu'ils constituent en cas de canicule ou de vents violents et pour les importantes quantités de CO2 qu'ils absorbent. « Mais pour remplir ce rôle vis à vis du CO2, il faut que l'arbre soit à maturité, qu'il ait minimum 30 ans en moyenne et il en absorbera davantage s'il est gros et vieux. Les arbres améliorent aussi la qualité de l'air, alors que 12 000 personnes meurent chaque année prématurément en Belgique à cause de la pollution des grandes villes. »