Elle avait la pommette enfoncée, raconte son amie. "Mais la police n’a pas arrêté Luc Nem."

Marielle Tournay a perdu la vie sous les coups violents et répétés de son compagnon Luc Nem dans la nuit de mercredi à jeudi à Assesse. Celui-ci avait effectué de la détention préventive à trois reprises. Une amie de la victime nous confie que la semaine dernière encore, la police était intervenue pour une scène de violence.

Nathalie connaissait Marielle depuis neuf ans. Si elle parle aujourd’hui de son amie proche, à la fois émue et en colère, c’est parce qu’elle a le sentiment d’une profonde injustice. " Nous avions la passion des chevaux. Elle habitait auparavant à Gesves dans une belle maison puis elle a divorcé et est venue s’installer dans un chalet à Evrehailles. Quand elle a rencontré Luc Nem, via les réseaux sociaux, cela a été le début de la déchéance. Il lui interdisait de venir me voir. Il m’a déjà agressée verbalement, il hurlait en se tapant la tête au carreau."

Si Marielle, bonne vivante, chef de rang chez Père Olive était très bonne cuisinière, aimait boire un verre, les choses sont devenues plus compliquées quand elle a rencontré son futur meurtrier. "Il faisait n’importe quoi, fumait des joints, prenait des pilules. Il a tout bousillé dans sa vie. Il a menacé la fille de Marielle, il a déjà failli en venir aux mains avec celle-ci. Il lui disait qu’elle était la cause des ennuis de sa mère. Marielle ne voyait plus sa fille à cause de lui. Mais elle le protégeait."

Ces dernières semaines, Marielle était en proie à de grandes difficultés financières. "Elle n’avait plus rien et vivait dans la misère, il a précipité sa chute. Son chalet était insalubre. Elle n’avait plus de chauffage. C’est sans doute pour cela qu’elle était chez la mère de Luc Nem à Assesse quand ça s’est passé."

Mercredi dernier, Nathalie a eu la visite de son amie. "Elle avait l’os de la pommette enfoncé. Elle m’a dit qu’elle avait été frappée et que la police était encore venue. Une voisine avait appelé. Sachant qu’il venait d’être jugé et qu’il avait fait de la détention préventive à plusieurs reprises pour des coups sur Marielle, je me demande comment il n’a pas été embarqué immédiatement."

Nathalie avait pourtant mis son amie en garde, elle lui avait proposé de l’héberger. ""Je lui avais dit il y a peu de temps qu’un jour il la tuerait, qu’elle était morte de l’intérieur mais ne s’en rendait pas compte. La violence physique et morale était quotidienne. Il faisait accident sur accident avec la voiture de Marielle à cause de sa consommation de drogue et d’alcool. Il était fou et disait souvent qu’il allait la tuer. Il m’avait menacée également."

Luc Nem a été placé ce vendredi sous mandat d'arrêt pour meurtre.