Chaque année, folklore et traditions rythment les Fêtes de Wallonie à Namur. Malgré la pandémie de coronavirus qui prive les Namuroises et les Namurois des festivités traditionnelles, plusieurs groupes folkloriques ont répondu présents pour animer ce troisième week-end de septembre, mais de manière différente. Un spectacle de folklore s’est déroulé ce samedi à 15 heures, dans le jardin de la maison de repos de l’Harscamp, dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

© JVE

© JVE

Les Molons, les Alfers, les Masuis et Cotelis, la Fanfare de Rhisnes, les Echasseurs Namurois et la Compagnie aux Tricornes y participaient. Et le spectacle a été retransmis en intégralité sur les réseaux sociaux, à savoir sur les pages Facebook des Fêtes de Wallonie et des Échasseurs Namurois, ainsi qu’en live Youtube sur la chaine des Fêtes de Wallonie.

© JVE

© JVE

© JVE

© JVE

© JVE

Patrick Dessambre, vice-président du CCW, explique : « A partir d’avril, nous avons commencé à plancher sur différents scénarios envisageables en fonction de l’évolution des mesures Covid. Le fait d’organiser un événement comparable à Folknam avait été envisagé mais nous avons dû y renoncer. Nous avons au final opté pour la solution la plus simple et la plus raisonnable, à savoir un spectacle dans une enceinte fermée avec un nombre de spectateurs limité. La jauge est de 300 places sur réservation uniquement, ce qui nous laisse une légère marge de manœuvre par rapport aux 400 places autorisées par le CNS pour ce type d’organisation. Les spectateurs et les groupes sont distanciés, plusieurs bulles existent. »

© JVE

C’est tout naturellement que les groupes folkloriques ont répondu à l’invitation du CCW et ont ainsi proposé au public présent de la danse, de la musique, un spectacle de drapeaux et une joute d’échasses.. « Ils ont voulu être présents symboliquement, afin de maintenir l’esprit des fêtes de Wallonie. Il a été facile de composer le programme du spectacle. Chacun des 6 groupes a réalisé 2 passages de 10 minutes. »

© JVE

© JVE

© JVE

© JVE

Avec sa casquette de président des Echasseurs, Patrick Dessambre explique : « Organiser un spectacle dans ces conditions est plus compliqué et demande plus de travail que d’organiser une joute devant 7000 personnes, avec tout ce qu’impliquent les mesures de distanciation. Au niveau des Echasseurs, j’ai dû en sélectionner 20 sur les 80 que compte le groupe. Ce n’est pas simple. Chaque année, des Echasseurs reviennent à Namur tout spécialement, parfois depuis l’étranger. C’est la plus importante sortie de l’année. Moralement ce n’est pas simple, même si il y a pire dans la vie. On se dit que ce sera mieux l’année prochaine. »

© JVE

© JVE

© JVE

© JVE