Le discours prononcé par Maxime Prévot à l'occasion des Fêtes de Wallonie n'a pas manqué de faire réagir, notamment le PS et le PTB.

Eliane Tillieux (PS) commente : "Un plan de relance « inédit et ambitieux » est annoncé en soutien des secteurs et acteurs les plus impactés par la crise. Le plan sera présenté au Conseil communal du mois d’octobre prochain. Le PS a proposé en juin dernier un projet de plan de relance en faveur des Namurois, des commerçants, des secteurs associatifs, sport, culture etc. Notre proposition a été balayée d’un revers de la main par la majorité communale sans autre forme de procès.Les promesses de politiques sociales fortes dénotent par rapport au discours anti-mendicité. Comment imaginer un dispositif dense de soutien aux personnes vulnérables et dans le même temps parler de contrôle de police et de sécurité pour lutter contre la mendicité ?Si on peut comprendre la peur de certains citoyens vis à vis de personnes en situation de grande précarité, le PS souhaite plutôt travailler sur l’accompagnement et la réinsertion plutôt que sur la répression.Le financement de la zone de secours n’a pas été évoqué. Et pourtant, la province financera dorénavant le service en projetant par ailleurs une réforme de l’institution qui prévoit la suppression d’une douzaine de services à la population namuroise… silence intégral également sur la volonté de l’actionnaire provincial de laisser tomber l’hôpital public, dont le CPAS de Namur est pourtant également partie prenante !"

Pour le PTB, Thierry Warmoes estime que "Namur ne rayonnera pas pour les Namurois". "Ces fêtes de Wallonie ont un goût amer pour les Namurois. Parce qu’il n'y a pas de fête populaire. Mais surtout parce qu’ils viennent de recevoir leur taxe pour les déchets et les égoûts. 147 euros pour un isolé et 170 euros pour un ménage de 2 ou 3 personnes (hors sacs poubelle payants): une augmentation de 11%... Dans cette situation de crise où de nombreux travailleurs ont perdu des revenus ou même leur emploi, nous avions au contraire proposé de réduire la taxe égouts, mais la majorité s'y est opposée.Dans son discours, M. Prévot fait le constat d'une précarité croissante et... il envoie la police en renfort. Ce que la Ville doit faire, c'est s'en prendre aux causes. Déjà, sa politique taxatoire contribue à la pauvreté. Combien de ménages ne pourront pas payer leur taxe déchets? Il faut aussi s'attaquer au logement cher. L'échevin Noël (Écolo) a lui-même fait le constat que certains ménages consacrent plus de la moitié ou trois quarts de leur revenu rien qu'à leur logement. C'est inacceptable, mais que fait la Ville? Rien du tout. Dans la longue liste de projets qu'a énuméré M. Prévot, il y a zéro logement social. Le désir de la majorité est de faire "rayonner Namur en dehors de Namur", mais Namur ne brillera pas pour ses habitants.On le voit, cette majorité est bien loin des priorités des gens."