Namur Une solution semble avoir été trouvée pour une partie du dossier.

Acquitté dans le dossier du Casino de Dinant, Richard Fournaux devait près de 400 000 € à ses avocats qui l’ont défendu dans cette affaire : 224 957 € à Me Remy, qui n’exerce plus et qui a revendu ses parts incluant dans cette revente les dettes de Richards Fournaux et 125 556 € à Me Causin.

En juin dernier, Richard Fournaux a fait l’objet d’une saisie-arrêt conservatoire sur salaire, initiée par l’avocat bruxellois Me Causin. "Le tribunal civil de Dinant avait demandé aux barreaux de Bruxelles et de Dinant de dire si les honoraires réclamés par les différents avocats étaient justifiés. En fonction de cela, cela doit revenir devant le tribunal de Dinant pour savoir qui doit les payer (lui, la commune de Dinant ou les deux). Le barreau de Bruxelles a indiqué que ceux de Me Causin étaient justifiés. Il n’a pas attendu les suites et a initié cette procédure. Le barreau de Dinant ne s’est quant à lui pas encore prononcé."

Depuis, Richard Fournaux vit avec un salaire raboté qui reste néanmoins confortable. "2 000 €. Tout le reste est bloqué au cas où… Depuis juin, on est déjà à 22 ou 24 000 €. Ma maison m’en coûte déjà 1 200/mois. Et je dois encore payer les avocats qui défendent mes intérêts dans ce dossier des honoraires."

L’ex-bourgmestre de Dinant est néanmoins sur le point de trouver une solution pour rembourser son avocat bruxellois à qui il avait déjà versé 110 000 € durant la procédure et 25 000 € l’an dernier. "Via un crédit, sur six ans. Je suis un peu plus optimiste depuis quelques jours. J’espère que ça ira." En attendant les suites du volet dinantais de ce dossier. "Cela fait vingt ans que ça dure et avec la solution que j’espère avoir trouvée, j’en aurais encore pour au moins six ans. C’est épuisant."

S.M