Pour soutenir les commerces impactés par la fermeture ou l’arrêt de leurs activités, le Conseil communal, en sa séance du 25 février, a dégagé un budget exceptionnel de 300.000 euros et adopté un dispositif d’aide au bénéfice, notamment, des métiers de contact et de l’Horeca.

C’est ainsi que les salons de coiffure peuvent bénéficier d’une prime de 1.000 euros, leur permettant notamment de couvrir tout ou partie des frais inhérents au respect des conditions sanitaires exigées. Une prime de 2.000 euros est octroyée aux commerces dits de contact (soins de beauté, entretien corporel, tatouage,…), ainsi qu'aux agences de voyages et aux voyagistes . Il s’agit ici de soutenir des activités qui sont à l’arrêt. Enfin, une prime de 2.500 euros peut bénéficier au secteur Horeca (restaurants, cafés, bars, traiteurs), également paralysé. Cette troisième prime est également accessible aux salles de fitness, de même qu'aux professionnels de l’événementiel (salons, congrès, mais aussi services du son, de l’image et de l’éclairage). Le Schéma Communal de Développement Commercial ayant défini un périmètre de densification commerciale dans le centre-ville, les commerces situés dans ce périmètre bénéficient d’une majoration de 10 % de la prime octroyée.

Les conditions d’octroi des primes ont été définies succinctement, de façon à simplifier les procédures administratives : disposer d’une vitrine ou d’un commerce physique pour la pratique de son activité professionnelle, avoir une activité (pour laquelle on demande la prime) antérieure au 31 octobre 2020, exposer les motifs de fermeture.

Le règlement et le formulaire de demande sont téléchargeables sur le site www.gembloux.be

Au total, plus de 100 enseignes locales auront pu prétendre à cette aide exceptionnelle.