Il est censé soutenir le commerce qui a trinqué, mais pourra être dépensé dans les magasins d'alimentation qui n'ont pas vu leur chiffre diminuer

Le Conseil communal de Gembloux a approuvé le règlement communal pour l'octroi de chèque commerces locaux. Mais depuis, ses modalités d'usage font polémique auprès de plusieurs commerçants qui trouvent injuste qu'il bénéficie aussi aux magasins d'alimentation qui ont vu leur chiffre augmenter pendant le confinement.

D'abord, revenons sur ce qui a motivé la majorité gembloutoise à sortir ce fameux billet de 19 euros pour soutenir le commerce local. "Le Collège a estimé que les finances communales, malgré les incertitudes pour 2020 et les années suivantes, permettent d’envisager, à côtés des mesures déjà prises, de dégager une enveloppe de 250.000 € sur le budget 2020. Et qu'il était souhaitable de mettre en place un mécanisme avec effet multiplicateur",résume l'échevin Gauthier Le Bussy.

Du premier juillet au 31 octobre prochaine, chaque citoyen gembloutois pourra se procurer pour 10 € un chèque commerce local gembloutois d’une valeur de 19 € = 19 orno, la monnaie locale qui a déjà pour vocation de soutenir l'économie locale. Tous les commerçants pourront les accepter, même ceux qui ne se font par payer en orno habituellement. Et ils décideront soit de le réinjecter dans l'économie locale eux aussi, soit de bénéficier des liquidités pour payer autre chose puisque la Ville les changera en euros rapidement et sans discuter. Ces chèques de 19 orno pourront être utilisés jusqu'au 31 janvier et échangés par les commerçants jusqu'au 30 juin.

La mesure a été votée à la majorité, mais pas à l'unanimité. Carlo Mendola dans l'opposition Défi, estimait notamment qu'il fallait exclure la grande distribution et proposant de limiter aux surface de maximum 300 mètres carrés. Même abstention de la part de Frédéric Davister (Boucherie Sprimont à la gare). Il a témoigné avoir vu ses affaires prospérer pendant la crise. Plusieurs commerçants dans la même situation ont déjà annoncé qu'ils ne l'accepteraient pas afin que ceux-ci puissent être utilisés chez ceux qui en ont vraiment besoin.

Le traiteur Laurent Moutoy, qui avait déjà manifesté ses réticences auprès de la ville, se dit scandalisé que ce chèque puisse être dépensé dans tous les commerces gembloutois, y compris "les grandes surfaces et magasins d’alimentation, tous ceux qui sont restés ouverts et qui ont vu leur chiffre d'affaires durant cette crise. Nous avons eu une réunion avec les deux échevins concernés, et l’ensemble des commerçants avaient demandé que ce chèque soit uniquement réservé à ceux qui ont dû fermer et aux gens qui ont perdu pendant cette crise", s'indigne-t-il, frustré de ne pas avoir été entendu. "L’aide n'ira donc pas aux gens qui sont réellement dans le besoin".