Maxime Prévot ne veut prendre aucun risque. Il faut attendre l'avis des experts pour autoriser le retour dans les trois maisons évacuées rue Saint-Martin

Le bourgmestre Maxime Prévot est revenu ce dimanche matin rue Saint-Martin pour constater à la lumière du jour les dégâts causés par le glissement de terrain qui s'est produit ce samedi après-midi. Il s’est rendu dans la zone boisée en surplomb avec la police, les pompiers, un ingénieur en stabilité et des représentants de la société de terrassement qui a travaillé sur les lieux il y a peu.

D'emblée, il a tenu à apporter des précisions à propos des travaux entamés dans cette rue pour l'érection d'un nouveau bâtiment: "Les travaux de terrassement ont été effectués avec l’accompagnement d’un bureau d’études en stabilité, on peut donc affirmer que les précautions ont été prises. Des essais de sol avaient été réalisés avant le démarrage du chantier qui laissent sous-entendre qu’on était en présence d’un mixe entre de la roche et de la terre de remblai. A l’exécution du chantier, on se rend compte que la roche a tardé à se manifester. On est davantage confronté à de la terre de remblai, un élément générant une instabilité du plateau herbeux qui se trouve au-dessus".

Trois maisons ont été évacuées dès samedi après-midi par précaution mais selon le bourgmestre, penser que leurs habitants pourront regagner leur logement dès ce lundi est utopique: "Je préfère agir par excès de précaution pour ne pas faire courir le moindre risque à quiconque. Dire que demain les habitants des maisons évacuées pourront rentrer chez eux c’est trop hâtif, il faut attendre que les mesures soient faites, que les précautions soient prises pour que tout risque soit égal à zéro".

Pour le moment, la ville n’est pas en mesure de déterminer la meilleure façon de stabiliser le plateau et d'être certains qu’il ne bouge pas. Ce lundi une nouvelle réunion va se tenir avec un ingénieur en mécanique de sol pour évaluer comment empêcher tout risque de glissement . "On a deux sons de cloche, explique Prévot: l’un rassurant, affirmant que la galette de terre est descendue verticalement mais n’a plus bougé des masses, qu'elle a peut-être trouvé le niveau de la roche et qu'elle se serait stabilisée, d’un autre côté il est encore trop tôt pour être enthousiaste à ce point et évacuer l’hypothèse d’un glissement potentiel à venir. Je préfère choisir le camp de la précaution, de la prévention. Je préfère agir par excès de précaution pour ne pas faire courir le moindre risque à quiconque. Nous allons effectuer monitoring et placer des témoins à proximité des crevasses pour voir si oui ou non on constate du mouvement . A l’inverse, si après plusieurs jours il n’y a plus de mouvements on pourra être davantage apaisés. On verra ensuite les mesures à prendre, rien n’est exclu y compris celle la plus extrême, remblayer pour remettre en son état initial dès lors que ce serait la mesure la plus appropriée. On attend donc les conclusions de l’ingénieur en mécanique des sols."

© Lef

© Lef

© Lef