Un centre de santé mentale a été désigné, mardi par le tribunal correctionnel de Dinant, afin de rendre un avis sur d'éventuelles mesures à mettre en place par un homme de de 41 ans poursuivi pour des faits de harcèlements et menaces commis à l’encontre de ses parents, entre le 30 juin et le 1er août 2018 à Walcourt. Il était également poursuivi pour un outrage public aux mœurs durant cette période ainsi que pour des coups simples commis sur son père et des harcèlements envers son ex-compagne, en avril 2019.

Le prévenu a commis l’ensemble des faits sous influence d’alcool. « Monsieur a été hébergé chez son père après sa sortie de prison. Un mois plus tard, il a déposé plainte pour harcèlements et menaces », indiquait le parquet de Namur à l'audience. Il l’avait notamment menacé de l’étouffer avec un coussin et de le tuer avec une fourchette.

Le 30 juillet 2018, alors qu’il urinait, le prévenu aurait par deux fois exhibé son sexe à une jeune fille qui se promenait. « Il a effectué quatre mois de détention préventive. Quand il est sorti, il a recommencé. Il n’a cessé d’envoyer des messages et d’appeler une dame qui s’était prise d’affection pour lui mais qui avait mis fin à leur relation car il buvait plus que de raison. On a aussi des harcèlements physiques car il se présentait constamment chez elle. Madame a par ailleurs déjà assisté à des coups qu’il a portés à son père », précisait le parquet de Namur. La défense plaidait une peine de probation autonome afin d’aider le prévenu à sortir de son alcoolisme.