3 se trouvent au Pérou, 1 au Ghana, 1 au Lésotho, 2 en Afrique du sud, 1 en Bolivie

Les dernières heures ont été agitées pour Richard Fournaux, député provincial de l'enseignement. "128 élèves de la Haute-Ecole de la Province de Namur se trouvaient en effet en stage à l'étranger en ce moment. Si pour les élèves des sections assistant de direction et gestion hôtelière, les choses ont été relativement simples, elles ont été plus compliquées pour les élèves de la section coopération internationale, par ailleurs majeurs pour la plupart. Certains se trouvaient en Corée du sud, au Costa Rica, en Bolivie, en Afrique du sud, en Algérie ou au Maroc."

Pour 37 des 128 élèves, faire un point sur la situation s'est révélé compliqué. "Les professeurs, les parents, la direction de l'école et le ministère des Affaires Etrangères ont entamé des démarches rapidement. Pendant quelques jours, il y a clairement eu un flottement à cause de directives contradictoires : certaines pronaient le retour dans le pays d'origine, alors que d'autres recommandaient le confinement. Il a fallu tenir compte également de la volonté et de la situation de chaque étudiant. Dans le cas d'une élève en stage en Corée du Sud par exemple, le pic épidémique est passé, elle a donc souhaité poursuivre son stage dans ce pays."

A ce stade, parmi les 37 cas évoqués, 22 étudiants sont rentrés en Belgique et sont en confinements et télé-travail, 6 étudiants veulent rester sur leurs lieux de stage et une étudiante est en train de voyager vers la Belgique. 8 étudiants veulent rentrer, mais sont bloqués (3 au Pérou, 1 au Ghana, 1 au Lésotho, 2 en Afrique du sud, 1 en Bolivie) , ils attendent actuellement un soutien des ambassades/consulats belges pour les aider à organiser leur retour