Namur L'homme est poursuivi pour des faits de harcèlement. Il a envoyé des centaines de sms.

A Havelange, un ouvrier agricole âgé d'une grosse vingtaine d'années au moment des faits a importuné, entre avril et septembre 2014, la fille de ses patrons. « Parce qu'elle avait refusé ses avances », commente la partie civile. Cela s'est caractérisé par de nombreux sms anonymes qui lui valent aujourd'hui une comparution devant le tribunal correctionnel de Dinant pour des faits de harcèlement.

En quatre jour, du 1er au 4 avril 2014, le prévenu a envoyé 420 sms à sa victime. Par la suite, 350 autres sms ont été expédiés. Des messages au contenu parfois insultant. « Il a même envoyé une photo de son anatomie », précise le parquet de Namur qui ne s'oppose pas à une mesure de faveur.

Invité à s'expliquer à l'audience, l'auteur des faits explique avoir agi par dépit. Et non par vengeance. « Mon but n'était pas de blesser. » Pour son avocat, si le caractère immoral et importunant de ce comportement ne fait aucun doute, il subsiste néanmoins un doute quant au fait que ces nombreux messages soient constitutifs d'une infraction de harcèlement. « Sur les 420 premiers sms, faut compter 153 réponses. Idem pour la suite. Il y a eu des échanges. A aucun moment, la victime ne lui a dit d'arrêter sous peine d'aller déposer plainte. » Jugement le 13 février.