Namur

Il lui a envoyé plusieurs centaines de messages car elle avait refusé ses avances.

Un ouvrier agricole d'Havelange a comparu début janvier devant le tribunal correctionnel de Dinant pour avoir importuné la fille de ses patrons, entre avril et septembre 2014, parce qu'elle avait refusé ses avances. Le harcèlement s'était caractérisé par de nombreux envois de sms anonymes : 420 sms en quatre jours puis, par la suite, 350 autres sms. Des messages au contenu parfois insultant. « Il a même envoyé une photo de son anatomie », précisait le parquet de Namur. L'avocat du prévenu expliquait qu'il fallait entre autre tenir compte que sur les 420 premiers sms, il y avait 153 réponses. Et d'autres échanges par la suite. Ce mercredi matin, l'auteur des faits a bénéficié d'une suspension probatoire du prononcé d'une durée de trois ans.