Horreur pour une famille de Boneffe (Eghezee) après la découverte, vendredi, de leurs deux boucs, appelés Gaspard et Albert-André, égorgés. Les animaux avaient été offerts aux enfants pendant la période de confinement. "Le blanc, Gaspard, et le noir, Albert-André, les suivaient partout".

C'est au retour des enfants de l'école, vendredi, que les faits épouvantables ont été découverts, des deux animaux littéralement massacrés, "une charcuterie".

"Les enfants sont à ramasser à la cuillère", nous confie leur mère qui parle d'une"barbarie gratuite".

Les faits se passent près du parc éolien. La mère a souhaité surtout réagir "pour informer le public" et prévenir les habitants de la région hesbignonne.

Découvrir ce qui a été fait à ces petits animaux dans la prairie a, pour nous, été "heurtant, violent", poursuit-elle.

"Nous n'avons pas d'ennemis, ni de soupçons"

L'information, également postée dans les réseaux sociaux, appelle des réactions indignées unanimes."Écoeurant". "Ignoble". "Triste pour vos enfants. Bon courage à elles". "Comment est-ce possible d'être aussi mauvais". "A vomir. Notre petit Jules était un petit voisin et admirateur des deux gentilles briquettes". " C'est juste crapuleux". "Répugnant". "Dans quel triste monde vit-on. Je les voyais lors de mes promenades et vos chèvres venaient toujours se faire caresser, surtout Gaspard".

Selon les premiers éléments, la mise à mort des deux boucs n'a pas eu de témoins.