Namur

L’affaire remonte avant les vacances de Pâques : une amie de la maman d’une petite fille de presque 4 ans ameutait le réseau Facebook en dénonçant des faits de maltraitance commis à l’école communale maternelle de Houyet. 

Ce qui pouvait au départ ressembler à une exagération de jeux d’enfants s’est bien confirmé par la suite. Durant le temps de midi, alors que les enfants jouaient dans la cour, sous la tutelle de deux surveillantes, un petit garçon a enlevé les chaussures de la petite A. Une autre fillette de deuxième maternelle, L, a ensuite enlevé le pantalon et la culotte d’A. pour les jeter de l’autre côté de la clôture.

L’équipe éducative était semble-t-il au courant de ces faits, mais n’en a pas averti les parents. Ce n’est qu’en fin de journée, via les récits d’autres parents, que la maman d’A. a pris connaissance de ce qui c’était passé.

"J’en veux juste à l’école de ne pas m’avoir prévenue, et le manque de surveillance depuis qu’il y a eu de nouvelles surveillantes", s’exprime-t-elle. "Ce sont les surveillantes les responsables, et pas les institutrices car elles ont droit à leur temps de midi." Le bourgmestre de Houyet Yvan Petit a pris l’affaire au sérieux tout en relativisant les faits. Les différents intervenants devraient être entendus par la direction d’école et par la directrice générale, sans doute à la rentrée. En attendant, la maman d’A ne veut pas perdre de temps. Selon elle, ce n’est pas la première fois que cette fillette de deuxième année maternelle, L., s’en prend à d’autres élèves. Ses méfaits iraient de morsures à sang, au vol de collations, en passant par de profondes griffes et coups. Pour elle, cette fille doit être "prise en charge, éventuellement dirigée vers l’enseignement spécial", mais en tout cas écartée de l’école.

Dans ce but, elle a lancé une pétition, "car d’autres mamans m’ont raconté les expériences douloureuses vécues pas leurs enfants durant près de deux ans. Une dizaine d’enfants ont été touchés". Pour l’instant, seulement 8 personnes ont apposé leur signature au bas du document "mais je me rendrai à la sortie de l’école lundi pour obtenir plus de soutien avant de la remettre au directeur et au bourgmestre."