Le quinquagénaire avait compris qu'il avait été trompé en trouvant un autre homme.

Au mois d'octobre dernier, Pierre, un habitant de St-Hubert d'une cinquantaine d'années, était entré dans une très violente colère en découvrant qu'il avait été trompé. Après une soirée arrosée, lui et sa compagne était repartis chacun de leur côté. La dame avait rencontré un autre homme...qui avait fini par se retrouver nu dans son lit. 

De retour chez sa compagne à Saint-Hubert, Pierre avait découvert qu'elle n'était pas seule dans son lit. L'amant, alors dans le plus simple appareil, avait été attrapé par l'homme trompé par les testicules. Le tout avec des menaces de se faire castrer...Le quinquagénaire s'en était aussi pris à sa compagne en la tirant par les cheveux, la menaçant ou en lui enfonçant le slip de l'autre homme dans la bouche. Il a aussi empoigné un niveau à bulles pour faire mine d'utiliser l'outil pour frapper. Finalement, « l'amant » avait quitté les lieux, toujours nu, pour traverser la rue et rentrer chez lui. La voiture du rival, qui n'avait pas pu prendre ses clefs, avait aussi été volée et retrouvée plus loin. 

Privé de liberté, Pierre s'est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour ces faits, et une autre scène de violence conjugale, toujours dans un contexte alcoolisé, datant en mai dernier. Pour les violences d'octobre, son avocat, Me Marc Kauten, avait plaidé l'excuse provocation pour avoir retrouvé un autre homme dans le lit. Un argument que n'a pas entendu le tribunal. 

Dans un jugement rendu ce mardi, la présidente retient que le prévenu peut avoir été « perturbé » par sa découverte. Mais pas de quoi retenir une excuse pour ses violences. Le quinquagénaire est condamné à 14 mois de prison mais la sanction est assortie, comme l'avait demandé la défense, d'un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive.