Le prévenu a également menacé sa fille de mort.

Quelle mouche a piqué Michel, cet habitant d’Yvoir, le 29 avril 2014 ? Lui-même est incapable de répondre à cette question. "Une accumulation de travail et de stress et un peu d’alcool. J’ai pété un câble. Un fait en a entraîné un autre. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé" , avance-t-il.

Ce jour-là , cet homme s’en est violemment pris à sa femme, à sa fille et à une de ses connaissances. Il a également outragé les policiers qui sont intervenus sur place. "La scène est digne d’un film. À leur arrivée à Yvoir, les policiers ont aperçu le fils du prévenu, âgé de 17 ans, complètement perdu sur la route. Il était incapable de fournir des explications correctes. La connaissance du prévenu était assise un peu plus loin sur le trottoir, les lèvres en sang. Dans l’habitation, il y avait du sang au sol et des objets retournés. En se rendant à l’étage, les forces de l’ordre ont vite aperçu la victime couchée en haut des escaliers. Le prévenu lui portait des coups-de-poing au visage et des coups-de-pied au corps. Il n’a pas fait dans le détail, même devant eux. Sa fille est sortie de la salle de bain. Elle aussi avait reçu des coups", a commenté le parquet de Namur.

Avant l’arrivée des policiers, une altercation s’est produite entre le couple. Le père frappait. Il visait la tête et les jambes. Sa fille et la connaissance ont tenté de s’interposer. Le père les a cognés et a même menacé sa fille de mort si elle tentait à nouveau de s’imposer. Pire, le prévenu a uriné sur sa femme pour "la rabaisser et l’humilier."

Devant la présidente, l’homme ne fournira pas d’autres explications que celles citées plus haut. Dix-huit mois de prison ont été requis par le parquet de Namur à son encontre. Jugement le 10 mars.