Sous influence d’alcool, un ancien résident du centre Fedasil de Belgrade a porté plusieurs coups au visage de sa femme, enceinte de huit mois. Quinze mois de prison ont été requis à son encontre. "Son interpellation s’est déroulée dans le calme sauf quand il a vu ses enfants être pris en charge par le personnel du centre de la Croix Rouge. Il s’est encore plus énervé lorsque les policiers lui ont demandé de retirer les lacets qu’il avait sur lui, ses tongs et sa bague pour le placer en cellule. Il s’est enroulé autour de la jambe d’un policier et un autre a été blessé en voulant intervenir", a indiqué le parquet de Namur.

La défense a mis en avant le passé du prévenu. Congolais, il a quitte l’Afrique en raison d’un conflit armé. "Il a rejoint l’Ukraine ou il a rencontré madame avec qui il a eu deux enfants. Mais sa famille voyait d’un mauvais œil cette relation et le menaçait de mort. Ils ont dès lors quitté le pays pour venir en Belgique où il reçoit encore des menaces de mort. Il n’était plus capable de se gérer. C’était un fait isolé selon le personnel du centre dans lequel il se trouvait." Jugement le 31 janvier.