Le tribunal correctionnel de Namur a prononcé lundi une peine de prison de 10 mois et une amende de 100 euros à l'encontre d'un prévenu qui était poursuivi pour des faits de coups, harcèlement et séquestration commis en 2019 à Namur, Andenne et Marche-en-Famenne.

Ce jeune homme né en 1998 a entretenu une relation de quelques mois avec une première compagne, début d’année 2019. "Madame y a mis fin en juin 2019. Elle a ensuite vécu plusieurs semaines insupportables", précisait la partie civile le 24 avril dernier

N’acceptant pas cette séparation, le prévenu a commencé par la harceler. "Il lui téléphonait régulièrement avec plusieurs numéros différents. Elle les bloquait mais il continuait." En une journée, le prévenu a pu passer jusqu’à 93 appels. "Il s’est un jour rendu devant le restaurant où madame travaillait, à Andenne. Il l’a suivie, lui a pris ton téléphone avant de lui mettre deux coups de poing dans les parties génitales. À une autre reprise, il l’a forcée à monter dans sa voiture alors qu’elle se trouvait avec un ami à la foire de Namur. Il l’a emmenée dans un bois de Marche-en-Famenne et a menacé de la déshabiller et d’avoir une relation sexuelle avec elle. Elle lui a fait croire qu’elle allait réfléchir à la possibilité de se remettre en couple avec lui pour se sortir de là", ajoutait la partie civile.

D’après le parquet de Namur, le prévenu avait reproduit ce genre harcèlement avec une autre ex-compagne, quelques mois plus tard.