Ce Sambrevillois né en 1986 est poursuivi pour des violences conjugales commises en 2020. Sa compagne et lui sont toujours ensemble. Cela n’a pas empêché sa moitié de se constituer partie civile. Elle veut que son statut de victime soit reconnu. Elle demande également 2.000€ de dommages matériel et moral.

Le 28 juillet 2020, son compagnon a pété un cable après avoir été réveillé par les cris d’un de ses enfants. "Je suis descendu. Il y avait ma maman, ma compagne et mes enfants qui jouaient. Je me souviens avoir retourné la table et pris ma compagne par le cou. Ma mère s’est alors interposée pour nous séparer", a expliqué le prévenu à l’audience. Le tribunal précise qu’il a également cassé la poubelle et lancé une chaise dans sa direction.

"Monsieur avait des angoisses récurrentes. Il consommait du cannabis et jouait en ligne pour tenter d’en sortir. Il allait se coucher quand sa compagne partait travailler. Elle vivait un enfer", a plaidé la défense. Malgré cette scène, ce couple s’inscrit dans la durée. "Des choses ont été mises en place et on les poursuit précise le prévenu". Huit mois avec sursis probatoire sont requis par le parquet de Namur. Jugement le 30 mai.