Le 14 décembre 2020, le juge Henrion a condamné Ismaël par défaut à une peine de prison de 10 mois ferme pour rébellion armée. Le 17 mars 2019, le jeune homme né en 1989 fêtait son anniversaire. Il expliquait début septembre : "Coupable je suis. J’étais saoul, j’ai eu un accident de voiture et je suis parti avec une bouteille de champagne. Je suis tombé, elle s’est brisée et je suis resté avec le goulot en main. Mais je ne me souviens pas avoir vu de policier. Aujourd’hui je ne bois plus."

Le policier affirme de son côté avoir bien décliné son identité et précise que le prévenu s’est avancé vers lui en le menaçant avec le tesson de bouteille. Autre élément ne jouant pas en la faveur du prévenu ? Il ne respecte pas les conditions du sursis que la justice lui a octroyé dans le cadre d’une condamnation à 5 ans de prison.

Le conseil du prévenu, Me Sine, plaidait un sursis probatoire : "Ses souvenirs sont flous. Ce n’est pas qu’un problème de roulage car il a aussi un problème d’alcool et de stupéfiants. Mais qu’il a pris en charge : le 6 octobre 2020, sa prise de sang ne relevait pas d’alcool dans son sang."

Ce lundi, le tribunal a condamné le prévenu à une peine de 10 mois assortie d'un sursis de 3 ans pour ce qui excède la moitié de la peine.