Namur

Son avocat estime que la période infractionnelle doit être réduite.

Si Florin, 56 ans, comparaissait devant le tribunal de Namur ce mercredi, c ‘est pour avoir réalisé des déclarations inexactes et avoir touché des allocations de chômage majorées alors qu’il n’y avait pas droit.

Le prévenu a touché celles-ci entre 2013 et 2017, alors qu’il exerçait une activité complémentaire. A savoir celle de réparateur en électronique. Une activité qu’il devait exécuter en soirée uniquement. Hors le prévenu a étendu celles-ci à la journée également et a presté près de 1600 heures par an dans le cadre de cette activité complémentaire.

« Une allocation de chômage ne doit pas servir de subvention à des indépendants complémentaires qui veulent vivre de leur activité comme d’une activité principale, expliquait l’auditeur du travail. Je réclame donc une peine de travail et la restitution des allocations perçues, à savoir 33.267,54€. »

L’avocat du prévenu met en avant les faibles revenus nets générés par l’activité de son client. Il souhaite aussi réduire la période infractionnelle qui est, selon lui , comprise entre le 1er janvier et le 30 sept 2017. « Je demande la suspension du prononcé de la condamnation pour mon client. En réduisant la période infractionnelle, il serait redevable de 5438€ »

Jugement le 9 octobre.