Le parquet de Namur a requis jeudi devant le tribunal correctionnel une peine de 5 ans assortie d’un sursis probatoire à l’encontre d’un prévenu accusé de viols sur sa sœur entre 2010 et 2012.

Le prévenu, né en 1992, est accusé de viols avec violence et d’attentats à la pudeur sur sa sœur, née en 2001. L’auteur reconnaît les faits et explique qu’il a agi de la sorte pour se venger de son père, violent à son égard et qui avait abandonné sa famille. Le prévenu vit aujourd’hui avec sa mère, son beau-père et sa sœur, qui lui a pardonné les faits après l’avoir dénoncé et avait demandé à le revoir malgré une ordonnance d'éloignement. « Je suis convaincu que ces faits n’avaient pas lieu d’être. Il ne s'est plus rien passé depuis. », a confié celui qui imposait des masturbations, attouchements, fellations et sodomies à sa soeur. 

Le parquet de Namur précise en outre que le prévenu exerçait des pressions sur sa victime et la faisait chanter pour ne pas qu’elle divulgue les faits. Une peine de 5 ans assortie d’un sursis probatoire et de conditions strictes est requise, la nièce du prévenu étant accueillie régulièrement dans le domicile familial.

L’avocat du prévenu plaide un sursis probatoire vu l’évolution positive de ce dernier, qui est demandeur d’un encadrement.

Jugement le 10 décembre.