Le parquet de Namur a requis jeudi devant le tribunal correctionnel des peines de prison de 15 mois et un an et des amendes de 4000 euros à l’encontre de 2 prévenus accusés de traite d’êtres humains sur 4 personnes. Une simple déclaration de culpabilité est réclamée pour un troisième prévenu.

Les faits ont eu lieu à Flawinne (Namur) entre 2013 et 2015. L’un des prévenus a transformé son garage en studio qu’il louait 360 euros par semaine aux deux autres, afin que des transsexuels provenant de pays étrangers, du Costa Rica notamment, puissent s’y prostituer à tour de rôle. Les loyers lui ont rapporté près de 9000 euros. Si la prostitution en elle-même n’est pas interdite, l’exploitation de celle-ci est considérée comme de la traite d’être humains. Ce sont en effet les deux prévenus qui publiaient les petites annonces destinées à prostituer les 4 victimes que compte le dossier.

Le parquet de Namur requiert une simple déclaration de culpabilité à l’encontre du propriétaire du studio, mais des peines de d’un an et de 15 mois et des amendes de 4000 euros à l’encontre des deux autres prévenus. Des demandes de confiscation à hauteur des montants engrangés ont également été formulées, elle s'élèvent à plusieurs dizaines de milliers d'euros. 

L’avocat du locataire des lieux plaide l’acquittement pour son client. Il indique : "Il est pensionné et a créé ce studio dans son garage pour arrondir les fins de mois. Il n'a jamais lui-même placé d'annonces à caractère sexuel. Il savait que des activités de prostitution avaient lieu à cet endroit, mais il n'a fait que louer son bien, ce qui n'est pas punissable."

Jugement le 26 novembre