Suite aux inondations qui ont touché Namur en juillet dernier (15 et 24 juillet), la circulation sur la chaussée de Dinant à hauteur de La Plante reste à ce jour difficile. La ville de Namur fait le point sur le dossier à quelques heures d'un conseil communal dédié aux inondations dans la capitale wallonne.

"La Zone de secours Nage y est intervenue début de soirée le 24 juillet pour évaluer la situation et prendre les premières mesures de sécurité. La Ville de Namur a également, en urgence, mandaté un bureau privé pour réaliser une expertise en stabilité. Une première analyse a pu être réalisée dès le soir même et les services communaux et de la Zone de secours ont réalisé les premiers déblaiements dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 juillet. S’agissant d’une voirie régionale (la N92), le SPW, service public de Wallonie, a alors mis en place, dans un premier temps, une déviation totale de la circulation et a dans un second temps pu rétablir la circulation sur une seule bande de circulation, tout en mettant en place un dispositif de protection de la chaussée. L’éboulement qui s’est produit à cet endroit provient d’un talus propriété pour partie de la Province de Namur. Celle-ci a dès lors entrepris des travaux d’élagage sur ce talus. Parallèlement, les différents opérateurs (ville, province, région) ont entamé un contrôle du réseau d’égouttage présent dans le talus."

Des travaux complémentaires d’élagage ont également été demandés à la Province de Namur, en amont de la zone effondrée et si cela s’avère nécessaire, une étude de stabilité complémentaire sera commandée par la Province pour actualiser celle réalisée à la demande de la Ville de Namur. Le SPW a également pris contact avec la Province, propriétaire d’une conduite de gaz présente sur le terrain, afin qu’elle fasse le nécessaire pour la neutraliser et pouvoir ainsi continuer les travaux de déblaiement du bas de la zone d’éboulis. Une fois que cette conduite sera neutralisée, le SPW pourra mettre en place un système provisoire pour la retenue des terres et la sécurisation de la voirie afin de permettre la réouverture dans les deux sens (avec suppression d’une partie du stationnement). Des travaux plus complets pour la reconstruction du mur devront être opérés à plus long terme. Des contacts sont également pris entre le SPW et la cellule des Mines concernant d’anciennes galeries minières dans la zone.

A ce stade, aucun calendrier n’a été communiqué par la Province de Namur et le SPW concernant ces étapes.